Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Fiches d'information : Mesures prises par le Canada en faveur de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

Afghanistan

Population 32,4 millions d'habitants, 2011 (Rapport sur le développement humain 2011, PNUD.)
Taux de mortalité maternelle 1 400 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2008 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 161 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2008 (Plan stratégique du ministère afghan de la Santé publique 2011.)
Taux de mortalité infantile 111 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2008 (Plan stratégique du ministère afghan de la Santé publique 2011.)

Pour aider l'Afghanistan à renforcer les services de santé dont bénéficient les collectivités, à lutter contre la pénurie de travailleurs de la santé qualifiés, particulièrement les femmes, et à améliorer les services et les établissements de santé, le Canada s'emploie à mettre en place les mesures suivantes :

  • aider l'Afghanistan à former des travailleurs de la santé, en mettant l'accent sur ceux du domaine de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants;
  • augmenter la disponibilité des services de santé de qualité, particulièrement dans les régions éloignées où les services sont plus rares.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Faire passer le nombre de travailleurs de la santé de 7,4 travailleurs pour 10 000 personnes en 2011 à 10,8 travailleurs pour 10 000 personnes en 2015.
  • Augmenter le pourcentage de la population qui a accès aux services de soins de santé primaires en deux heures de marche ou moins; on vise à faire passer ce pourcentage de 65 % en 2006 à 75 % en 2015.

Pour contribuer à réduire le fardeau des maladies transmissibles et évitables, le Canada s'emploie :

  • à traiter, à prévenir et à contrôler les maladies transmissibles grâce à une utilisation accrue des nouveaux programmes d'immunisation ainsi que des programmes courants et sous-utilisés.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Continuer la vaccination contre la poliomyélite pour plus de 7,8 millions d'enfants partout en Afghanistan.
  • Faire passer le taux national d'immunisation des enfants de 12 à 23 mois qui ont reçu tous leurs vaccins (dont les vaccins Penta 3 et ceux contre la rougeole) de 33 % en 2008 à 70 % en 2015.

Pour améliorer la nutrition, le Canada s'emploie à mettre en place les mesures suivantes dans les collectivités de l'Afghanistan :

  • sensibiliser davantage la population, en particulier les femmes et les enfants, à une alimentation saine;
  • augmenter l'accès aux biens et aux services liés à la nutrition.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Réduire la prévalence de la malnutrition chronique de 54 % en 2004 à 47 % en 2013.
  • Augmenter le nombre de mères qui ont commencé l'allaitement exclusif dans l'heure suivant la naissance de 30 % d'ici 2015.

Le Canada collaborera avec l'Afghanistan et d'autres partenaires, dans le cadre des activités et des plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 960 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans à 117 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité infantile à 85 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Bangladesh

Population 150,5 millions d'habitants, 2011 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité maternelle 194 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2010 (Enquête sur les soins de santé maternelle au Bangladesh, 2010.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 65 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2007 (Enquête démographique et de santé, Bangladesh, 2007.)
Taux de mortalité infantile 52 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2007 (Enquête démographique et de santé, Bangladesh, 2007.)
Taux de mortalité néonatale 37 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2007 (Enquête démographique et de santé, Bangladesh, 2007.)

Pour aider le Bangladesh à renforcer ses services de santé et à les rendre plus accessibles dans les collectivités, ainsi qu'à lutter contre la pénurie de personnel qualifié dans le secteur de la santé et l'accès limité et inégal à des fournitures et à des services médicaux, le Canada s'emploie, au moyen de l'Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, à mettre en place les mesures suivantes :

  • augmenter le nombre d'accoucheuses compétentes et d'autres travailleurs de la santé communautaire en mesure de dispenser des soins, obstétricaux d'urgence qui soient complets;
  • améliorer les processus de prise en charge déficients et la disponibilité inégale des services et des soins et améliorer graduellement l'approche globale et intégrée de la prestation des services dans les districts;
  • fournir des services de planification familiale, des produits de base et des médicaments et vaccins essentiels.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Le nombre d'accoucheuses qualifiées et formées qui seront présentes dans les collectivités passera de 6 155 à 13 500.
  • Le nombre de sages-femmes formées passera de 60 à 3 000.
  • Grâce à leur modernisation, 13 500 cliniques de santé communautaire deviendront fonctionnelles.
  • 50 % des établissements modernisés dans les sous-districts seront au minimum en mesure de fournir des soins obstétricaux d'urgence.
  • 70 % des établissements auront des stocks suffisants de contraceptifs qui leur permettront de répondre à la demande locale dans les districts et à une plus petite échelle.
  • 75 % du contenu de la trousse de médicaments essentiels (composée de 10 médicaments) sera disponible dans les établissements de district.

Pour contribuer à réduire l'incidence des maladies, le Canada donne son appui au Bangladesh afin de :

  • fournir des médicaments et des fournitures pour prévenir et traiter les infections respiratoires aiguës et les maladies diarrhéiques, surtout chez les mères et les enfants;
  • accroître le taux d'immunisation des enfants.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • 50 % des enfants de 0 à 59 mois souffrant d'une pneumonie recevront des antibiotiques.
  • 90 % des enfants de 12 mois et moins seront immunisés contre la rougeole.

Pour améliorer la nutrition, le Canada, par l'intermédiaire du mouvement pour le renforcement de la nutrition (Scaling Up Nutrition), contribuera à élargir l'accès à une alimentation adéquate pour les mères et les enfants en s'employant à :

  • améliorer la nutrition en faisant la promotion d'aliments nutritifs et de bonnes pratiques alimentaires pour les nourrissons et les enfants, y compris l'allaitement maternel exclusif;
  • fournir des suppléments de micronutriments aux femmes et aux enfants de moins de 5 ans afin de prévenir l'anémie et les carences en vitamine A;
  • renforcer les efforts menés par le gouvernement et la capacité du pays de catalyser les interventions liées à la nutrition en vue d'améliorer la santé et de réduire les décès chez les femmes et les enfants les plus défavorisés.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • 52 % des enfants de 6 à 23 mois seront nourris selon des pratiques alimentaires adaptées aux nourrissons et aux jeunes enfants.
  • 50 % des femmes pratiqueront l'allaitement exclusif au cours des six premiers mois de vie de leurs nourrissons.
  • 90 % des enfants de 6 à 59 mois recevront des suppléments de vitamine A.

Le Canada collaborera avec le Bangladesh et d'autres partenaires, dans le cadre des activités et des plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 143 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans à 48 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité infantile à 31 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité néonatale à 21 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Éthiopie

Population 84,7 millions d'habitants, 2011 (Rapport sur le développement humain 2011, PNUD.)
Taux de mortalité maternelle 470 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2008 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 104 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2009 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité infantile 68 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Levels and Trends in Child Mortality 2011, UNICEF.)

Pour aider l'Éthiopie à améliorer la nutrition et à remédier au manque de connaissances des agents de vulgarisation du secteur de la santé à propos de la nutrition et des pratiques alimentaires adaptées aux bébés et aux enfants, le Canada, au moyen de l'Initiative de Muskoka, s'emploie à mettre en place les mesures suivantes :

  • former des travailleurs de la santé pour promouvoir des techniques de nutrition dans les collectivités, y compris l'allaitement maternel optimal et l'alimentation complémentaire appropriée pour les nourrissons;
  • accroître l'accès aux micronutriments.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Améliorer la nutrition et la santé de 3 millions d'enfants, de femmes enceintes et de mères qui allaitent dans 100 districts touchés par l'insécurité alimentaire.
  • Former et outiller 4 000 agents de vulgarisation en santé et 8 000  travailleurs de la santé communautaire pour qu'ils puissent offrir des activités axées sur la nutrition préventive au sein des collectivités.
  • Former et outiller 4 000 agents de vulgarisation en santé pour qu'ils dépistent et traitent la malnutrition aiguë et grave chez les enfants de 6 mois à 5 ans.

Pour contribuer à réduire la malnutrition chronique et à améliorer l'accès limité à une nutrition appropriée pour les femmes et les enfants, le Canada, au moyen de l'Initiative de Muskoka et du mouvement pour le renforcement de la nutrition, s'emploie à mettre en place les mesures suivantes :

  • améliorer la nutrition des femmes et des enfants en favorisant une alimentation saine au moyen d'un dialogue régulier dans la collectivité et d'initiatives communautaires;
  • augmenter la fréquence du suivi des grossesses et de la croissance des enfants, qui se faisait deux fois par année, à quatre fois par année;
  • élargir les programmes essentiels de santé et de nutrition, y compris l'apport régulier de suppléments de micronutriments, la distribution de comprimés vermifuges et le dépistage de la malnutrition aiguë.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • S'assurer que les femmes enceintes et les mères qui allaitent et leurs enfants assistent aux journées trimestrielles consacrées à la santé communautaire, et leur distribuer de la vitamine A, des suppléments de fer et des comprimés vermifuges.
  • Accroître l'allaitement exclusif chez les nourrissons de 0 à 6 mois dans les collectivités visées et augmenter le nombre de bébés de 6 à 9 mois qui reçoivent des aliments nutritifs et complémentaires appropriés.
  • Augmenter le nombre d'enfants souffrant de malnutrition aiguë qui sont soignés au sein de leur collectivité.

Afin d'élargir l'accès restreint à l'approvisionnement en eau potable et aux installations sanitaires, le Canada et ses partenaires en Éthiopie s'emploient :

  • à construire ou à réparer les installations d'approvisionnement en eau et d'assainissement, à mettre en service des points d'eau salubre et à encourager les familles et les collectivités à améliorer leurs pratiques d'hygiène.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Dans les collectivités visées, 125 000 personnes utiliseront des sources d'eau salubre.
  • Environ 75 % des ménages, soit 1,5 million de personnes, auront un meilleur système d'assainissement.

Le Canada collaborera avec des partenaires en Éthiopie, dans le cadre des activités et des plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 267 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans à 50 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • faire passer de 46 % à 37 % le pourcentage d'enfants présentant un retard de croissance causé par la malnutrition.

Haïti

Population 10,1 millions d'habitants, 2011 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité maternelle 300 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2009 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 86,7 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2008 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité infantile 87 décès pour 1 000 naissances vivantes (Statistiques sanitaires mondiales 2011.)

Pour aider Haïti à rendre ses services de santé plus accessibles dans les collectivités, y compris pour reconstruire les établissements de soins médicaux détruits par le séisme survenu en 2010, le Canada s'emploie à accroître le nombre de professionnels de la santé, de services de santé, de cliniques et d'hôpitaux :

  • en formant des infirmières et des sages-femmes grâce à la construction d'une école nationale de sages-femmes en Haïti et à l'élaboration d'un programme d'études pour les sages-femmes;
  • en ajoutant des ailes de gynécologie, d'obstétrique et de pédiatrie lors des travaux prévus de reconstruction et de réinstallation de l'hôpital des Gonaïves;
  • en augmentant la disponibilité des soins de santé gratuits pour la population déplacée et les enfants de moins de cinq ans.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Faire passer de 25 % à 35 % le pourcentage de femmes enceintes qui reçoivent des soins et qui, lors de leur accouchement, sont accompagnées par du personnel médical qualifié, dans des établissements de santé bien équipés.
  • Former plus de 4 000 professionnels de la santé (dont au moins 150 infirmières sages-femmes) d'ici 2015.
  • Augmenter l'accessibilité aux soins de santé gratuits en faisant passer le nombre d'établissements de santé de 63 à 90 et en établissant, pour chacun de ces 90 établissements, trois installations satellites de soins primaires qui offrent des soins de santé gratuits.
  • Accroître le nombre total d'accouchements lors desquels les femmes reçoivent des soins gratuits, pour passer de 60 000 accouchements en 2011 à plus de 90 000 d'ici 2015.

Pour contribuer à réduire le risque accru de maladies transmissibles et de malnutrition chez les populations vulnérables et éprouvées, particulièrement les femmes et les enfants de moins de 5 ans, le Canada s'emploie à :

  • financer des programmes communautaires de vaccination, d'hygiène et de soins curatifs, y compris contre la malnutrition aiguë et les infections.

Le Canada collaborera avec Haïti et d'autres partenaires, dans le cadre des activités et des plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 250 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité des enfants moins de 5 ans à 50 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Malawi

Population 15,4 millions d'habitants, 2011 (Rapport sur le développement humain 2011, PNUD.)
Taux de mortalité maternelle 510 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2008 (Indicateurs de la Banque mondiale, 2008.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 92 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Indicateurs de la Banque mondiale, 2010.)
Taux de mortalité infantile 58 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Indicateurs de la Banque mondiale, 2010.)

Pour aider le Malawi à améliorer la nutrition des mères et des enfants, le Canada s'emploie à mettre en place les mesures suivantes :

  • faire la promotion de pratiques optimales d'alimentation des nourrissons et des enfants dans les districts;
  • fournir de la formation aux travailleurs des districts et des collectivités pour faire un dépistage précoce de la malnutrition et pour la traiter, et élargir l'accès aux soins de santé préventifs et au traitement de la malnutrition;
  • favoriser les pratiques de santé communautaire qui contribueront à maintenir les résultats obtenus en matière de nutrition;
  • élargir l'accès aux micronutriments.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Faire passer la proportion d'enfants ayant un faible poids à la naissance de 14 % à 10 %.
  • Faire passer la prévalence du retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans de 46 % à 40 %.
  • Faire passer le pourcentage de femmes enceintes anémiques de 47 % à 35 %.
  • Accroître la capacité des travailleurs des districts et des collectivités de promouvoir l'éducation en matière de nutrition.
  • Améliorer les pratiques d'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants (comme l'allaitement maternel exclusif) à l'échelle de la collectivité.
  • Renforcer la capacité des dispensateurs de soins, hommes et femmes, de préparer des repas nutritifs et riches en micronutriments.
  • Faciliter l'accès aux interventions de prévention de la malnutrition, que ce soit les pratiques d'alimentation supplémentaires ou complémentaires, ou les pratiques agricoles améliorées, à l'échelle communautaire.

Le Canada collaborera avec le Malawi et d'autres partenaires, dans le cadre des activités et des plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 155 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité chez les moins de 5 ans à 78 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité infantile à 44 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Mali

Population 15,8 millions d'habitants, 2011 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité maternelle 464 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2006 (Enquête démographique et de santé (EDS) du Mali, 2006.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 191 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2006 (Enquête démographique et de santé (EDS) du Mali, 2006.)
Taux de mortalité infantile 96 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2006 (Enquête démographique et de santé (EDS) du Mali, 2006.)

Pour aider le Mali à rendre ses services de santé plus accessibles dans les collectivités et à remédier au manque de personnel qualifié ainsi qu'à l'accès limité à des services et fournitures de qualité dans le secteur de la santé, le Canada contribue à :

  • améliorer la prestation de services à l'échelle locale en formant davantage de travailleurs de la santé et en facilitant l'accès à des centres de santé locaux suffisamment équipés.

Résultats escomptés d'ici 2016

  • Le pourcentage de femmes dont l'accouchement est supervisé par du personnel qualifié passera de 42 % en 2007 à 60 % en 2016.
  • Le recrutement, la formation et le taux de maintien en poste des professionnels de la santé qualifiés, y compris les sages-femmes, le personnel infirmier en obstétrique et les médecins, augmenteront. D'ici 2015, on compte former 8 300 professionnels de la santé et 800 spécialistes.
  • Le nombre de centres de santé communautaire passera de 1 013 en 2009 à 1 300 en 2016.

Pour contribuer à réduire le fardeau de la maladie et des taux élevés de paludisme et de maladies infantiles, le Canada s'emploie à :

  • appuyer l'administration de médicaments et de vaccins, ainsi que les traitements nécessaires pour prévenir et soigner les maladies répandues qui constituent les principales causes de mortalité maternelle et juvénile.

Résultats escomptés d'ici 2016

  • La proportion des enfants qui auront reçu tous les vaccins à l'âge de 18 mois passera de 48 % en 2006 à 65 % en 2016.
  • La proportion de femmes enceintes et d'enfants ayant accès gratuitement à un traitement contre le paludisme passera de 40 % en 2009 à au moins 80 % d'ici 2015.

Pour améliorer la nutrition, le Canada s'emploie, par l'entremise de l'Initiative de Muskoka et du mouvement pour le renforcement de la nutrition (Scaling Up Nutrition), à faire en sorte que les mères et les enfants aient un meilleur accès à une alimentation plus nutritive, en mettant en place les mesures suivantes :

  • améliorer l'accès à des aliments sains et nutritifs et à des micronutriments;
  • faire valoir l'importance d'une bonne nutrition pour les mères et améliorer les stratégies permettant de détecter et de traiter les cas de malnutrition.

Résultats escomptés d'ici 2016

  • Le pourcentage de nourrissons de 0 à 6 mois exclusivement allaités passera de 37 % en 2006 à 65 % en 2016.
  • Le pourcentage d'enfants de moins de 5 ans ayant un poids insuffisant passera de 32 % en 2006 à moins de 15 % en 2015.

Dans la région de Kayes, au Mali, le Canada compte atteindre les objectifs suivants d'ici 2016 :

  • acheminer de l'aide alimentaire à 253 170 femmes et enfants sous-alimentés;
  • faire valoir l'importance d'une bonne nutrition pour les mères et améliorer les stratégies permettant de détecter et de traiter les cas de malnutrition;
  • distribuer 3 520 tonnes de produits alimentaires de base, y compris de la farine enrichie de micronutriments, du millet, des haricots et de l'huile végétale;
  • former 238 travailleurs de la santé et 400 groupes de femmes et agents de liaison afin qu'ils soient en mesure de détecter et de traiter les cas de malnutrition;
  • procurer des soins à environ 65 000 enfants, âgés de 6 à 59 mois, qui souffrent de malnutrition.

Le Canada collaborera avec le Mali et d'autres partenaires, dans le cadre des plans nationaux actuels, pour atteindre les objectifs suivants d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 144 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans à 79 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité infantile à 41 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Mozambique

Population 23,9 millions d'habitants, 2011 (Rapport sur le développement humain 2011, PNUD.)
Taux de mortalité maternelle 500 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2007 (Recensement national du Mozambique, 2007.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 92 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Indicateurs de la Banque mondiale, 2010.)
Taux de mortalité infantile 87 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Indicateurs de la Banque mondiale, 2010.)

Grâce à l'Initiative de Muskoka, le Canada aide le Mozambique à rendre ses services de santé plus accessibles dans les collectivités et à s'attaquer aux problèmes comme le manque de personnel de santé qualifié, l'accès limité ou inégal aux services et aux fournitures, ainsi que l'infrastructure déficiente dans le secteur de la santé, en mettant en place les mesures suivantes :

  • accroître le nombre de travailleurs de la santé qualifiés à tous les niveaux, en particulier dans les régions rurales, et leur donner de la formation dans des domaines comme les soins prénatals et postnatals, l'accouchement sans danger et les soins obstétricaux d'urgence;
  • construire ou remettre en état des centres de santé et les installations d'approvisionnement en eau et en électricité;
  • accroître la disponibilité de l'équipement et des médicaments essentiels, y compris l'administration de vaccins.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • La proportion des centres de santé offrant des soins obstétricaux de base en cas d'urgence passera de 1,44 à 3,8 centres pour 500 000 habitants.
  • Le nombre de travailleurs de la santé dûment formés qui sont en mesure d'offrir des services de santé aux mères et aux enfants passera de 61 à 69 pour 100 000 habitants.
  • Le nombre de femmes qui accouchent dans des établissements de santé augmentera de 17 %.
  • Le nombre d'enfants de moins d'un an recevant tous les vaccins augmentera de 36 %.

Pour contribuer à réduire le fardeau de la maladie et les taux élevés de paludisme et de VIH, le Canada s'emploie à mettre en place les mesures suivantes :

  • améliorer l'accès aux services qui permettent de prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant;
  • accroître l'accès aux traitements pédiatriques contre le VIH;
  • traiter un plus grand nombre de femmes enceintes contre le paludisme;
  • fournir plus de moustiquaires de lit imprégnées d'insecticide.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Le nombre de femmes recevant au moins deux doses du traitement préventif contre le paludisme lors des visites prénatales augmentera de 11 %.
  • Le nombre de femmes recevant une moustiquaire de lit imprégnée d'insecticide lors des visites prénatales augmentera de 77 %.
  • Plus de 38 000 enfants recevront des antitrétroviraux pédiatriques.
  • Plus de 94 000 femmes séropositives recevront des antirétroviraux pour prévenir la transmission de la maladie à leurs enfants.

Pour que les mères et les enfants accèdent plus facilement à une alimentation appropriée, le Canada, par l'entremise de l'Initiative de Muskoka et du mouvement pour le renforcement de la nutrition (Scaling Up Nutrition), s'emploie à mettre en place les mesures suivantes :

  • encourager l'allaitement exclusif des nourrissons jusqu'à l'âge de 6 mois;
  • étendre et améliorer les programmes de distribution de micronutriments et de comprimés vermifuges;
  • ouvrir un plus grand nombre de centres de réadaptation nutritionnelle afin de soigner la malnutrition aiguë.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Plus de 3,5 millions d'enfants bénéficieront d'une campagne nationale de distribution de suppléments de vitamine A et de comprimés vermifuges.
  • Au moins 40 centres de réadaptation nutritionnelle seront ouverts partout au pays.
  • Le pourcentage d'enfants de moins de 5 ans souffrant d'un retard de croissance passera de 23,7 % en 2003 à 17 % en 2015.
  • Le taux de mortalité pour cause de malnutrition aiguë dans les établissements passera de 15 % en 2005 à 4 % en 2014.

Le Canada collaborera avec le Mozambique et d'autres partenaires, dans le cadre des activités et des plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 250 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité infantile à 67 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans à 108 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Nigéria

Population 162,5 millions d'habitants, 2011 (Rapport sur le développement humain 2011, PNUD.)
Taux de mortalité maternelle 840 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2008 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 138 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2009 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité infantile 88 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Levels and Trends in Child Mortality, 2011.)

Pour aider le Nigéria à rendre ses services de santé plus accessibles dans les collectivités ainsi qu'à remédier au manque de personnel qualifié et à l'accès limité à des services et fournitures de qualité dans le secteur de la santé, le Canada s'emploie à :

  • fournir du soutien technique en vue d'améliorer les compétences des travailleurs de la santé, y compris les médecins, les sages-femmes et les agents de vulgarisation relevant des structures de santé communautaires actuelles dans 15 des 36 états du Nigéria;
  • soutenir les activités d'acquisition et de distribution au sein des structures de santé communautaires pour le matériel de réanimation des nouveau-nés et les fournitures de soins de santé génésique afin d'assurer 60 % des besoins annuels dans les 15 états ciblés.

Résultats escomptés dans les 15 états ciblés d'ici 2015

  • Le pourcentage de femmes qui ont la possibilité d'avoir au moins quatre visites prénatales passera de 45 % à 80 %.
  • Le pourcentage d'accouchements supervisés par du personnel qualifié passera de 39 % à 85 %.
  • Le pourcentage de mères et de nouveau-nés recevant la visite d'un travailleur de la santé qualifié dans les 72 heures suivant l'accouchement passera de 15 % à 50 %.

Pour contribuer à réduire le fardeau de la maladie et l'incidence élevée du paludisme et du VIH, le Canada s'emploie à mettre en place les mesures suivantes :

  • fournir plus de moustiquaires de lit imprégnées d'insecticide et plus de médicaments;
  • fournir l'accès aux trousses de dépistage rapide du VIH et de diagnostic précoce chez les nourrissons afin de prévenir la transmission de la mère à l'enfant.

Résultats escomptés dans les 15 états ciblés d'ici 2015

  • La proportion des enfants de moins de 5 ans qui dorment sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide passera de 5,5 % à 80 %.
  • La proportion de femmes et d'hommes qui connaissent bien les mesures de prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant passera de 50 % à 100 %.

Pour améliorer la nutrition, le Canada s'emploie à :

  • promouvoir une meilleure alimentation et de meilleures pratiques pour l'alimentation des nourrissons.

Résultats escomptés dans les 15 états ciblés d'ici 2015

  • La proportion de nourrissons (de 0 à 5 mois) nourris exclusivement au lait maternel passera de 13 % à 80 %.

Le Canada collaborera avec le Nigéria et d'autres partenaires, dans le cadre des activités et des plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants, dans les 15 états ciblés, d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 176 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans à 63 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité infantile à 30 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Soudan du Sud

Population entre 8 millions et 10 millions d'habitants, 2008 (Basé sur une enquête par sondage de 2008 intitulée Cinquième recensement sur la population et le logement au Soudan et menée par le bureau de statistique du gouvernement du Soudan du Sud, soit le Centre pour les statistiques du recensement et l'évaluation du Soudan du Sud.)
Taux de mortalité maternelle 2 054 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2006 (Sondage sur la santé des ménages mené en 2006 par le gouvernement du Soudan —les chiffres les plus récents; la mortalité maternelle n'a pas été prise en compte dans le Sondage sur la santé des ménages au Soudan du Sud de 2010 mené par le gouvernement du Soudan du Sud.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 106 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Sondage sur la santé des ménages au Soudan du Sud de 2010 mené par le gouvernement du Soudan du Sud.)
Taux de mortalité infantile 84 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Sondage sur la santé des ménages au Soudan du Sud de 2010 mené par le gouvernement du Soudan du Sud.)

Le Soudan du Sud fournit un accès très limité aux soins obstétriques de base et d'urgence, aux services de soins de santé et aux services de planification familiale. Le pays souffre aussi d'une grave pénurie de travailleurs de la santé qualifiés, particulièrement de sages-femmes. Par l'entremise de l'Initiative de Muskoka, le Canada aidera le Soudan du Sud à renforcer ses systèmes de santé, de la façon suivante :

  • en améliorant l'accès aux services de soins de santé primaires essentiels, y compris les soins obstétricaux d'urgence et la vaccination.

Résultats escomptés

  • Fournir des services obstétricaux d'urgence à plus de 150 000 mères et nouveau-nés.
  • Former 210 membres du personnel hospitalier pour qu'ils fournissent, 24 heures sur 24, des soins complets d'urgence aux mères et aux nouveau-nés dans huit hôpitaux du Soudan du Sud.

Le Canada collaborera avec le Soudan du Sud et d'autres partenaires, dans le cadre des activités et des plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité maternelle à 1 643 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité infantile à 59 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Tanzanie

Population 46,2 millions d'habitants, 2011 (État de la population mondiale 2011, FNUAP.)
Taux de mortalité maternelle 454 décès pour 100 000 naissances vivantes, 2010 (Sondage sur la santé et la population en Tanzanie, 2010.)
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans 81 décès pour 1 000 naissances vivantes, 2010 (Sondage sur la santé et la population en Tanzanie, 2010.)
Taux de mortalité infantile 51 décès par 1 000 naissances vivantes, 2010 (Sondage sur la santé et la population en Tanzanie, 2010.)

Pour aider la Tanzanie à rendre ses services de santé plus accessibles dans les collectivités et à remédier au manque de personnel qualifié ainsi qu'à l'accès limité à des services et fournitures de qualité dans le secteur de la santé, le Canada contribue, grâce à l'Initiative de Muskoka, à :

  • accroître la formation préalable des travailleurs de la santé;
  • participer aux programmes de recrutement, de maintien en poste et de formation pour les médecins, les infirmières et les sages-femmes dans les collectivités;
  • accroître l'accès aux médicaments, aux fournitures médicales et aux services de planification familiale dans les districts;
  • faciliter l'accès aux services de santé pour les mères, les nouveau-nés et les enfants dans les districts, particulièrement dans les régions mal desservies, au moyen de la formation et de la construction ou de la remise en état d'établissements de santé;
  • améliorer les systèmes d'aiguillage, y compris les communications et le transport.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Plus de 6 millions de femmes auront bénéficié de services d'accouchement et de soins prénataux.
  • Plus de 40 000 nouveaux travailleurs de la santé seront recrutés et formés, et 4 000 travailleurs du secteur de la santé seront formés à la prestation de services de SMNE.

Pour améliorer l'alimentation grâce à un meilleur accès à des services de nutrition appropriés pour les mères et les enfants, le Canada s'emploie à :

  • faire la promotion d'aliments nutritifs et de bonnes pratiques alimentaires pour les nouveau-nés et les enfants, y compris l'allaitement maternel exclusif;
  • fournir des suppléments de micronutriments aux femmes et aux enfants de moins de 5 ans afin de prévenir l'anémie et les carences en vitamine A;
  • renforcer les activités menées par le gouvernement, de même que la capacité du pays d'intensifier et de catalyser les interventions en matière de nutrition, afin d'améliorer la santé et de réduire la mortalité chez les femmes et les enfants les plus défavorisés.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Quarante agents régionaux et de district seront recrutés et formés et pourront fournir des services de nutrition de qualité.
  • Dans les régions ciblées, les femmes enceintes et les mères auront davantage recours aux méthodes d'allaitement maternel exclusif et à de meilleures pratiques alimentaires pour les nourrissons.

Pour réduire les taux élevés d'infection au VIH, au paludisme et aux maladies transmissibles, le Canada aide la Tanzanie à :

  • réduire l'incidence des maladies en fournissant des médicaments et des fournitures médicales pour la prévention et le traitement du VIH/sida, de la tuberculose et des maladies diarrhéiques, plus particulièrement aux mères et aux enfants;
  • augmenter le taux de vaccination des enfants et à former des travailleurs de la santé afin qu'ils sachent mieux traiter et prévenir le paludisme et les autres maladies.

Résultats escomptés d'ici 2015

  • Quelque 28 millions d'enfants et de femmes seront vaccinés.
  • Plus de 2 millions de femmes enceintes seront sensibilisées à la prévention du paludisme.
  • Plus de 400 000 femmes enceintes recevront un traitement pour prévenir la transmission du VIH de la mère à l'enfant.

Le Canada collaborera avec la Tanzanie et d'autres partenaires, dans le cadre des activités et plans nationaux, pour atteindre les objectifs suivants en matière de santé d'ici 2015 :

  • réduire le taux de mortalité des mères à 265 décès pour 100 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité chez les moins de 5 ans à 54 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité infantile à 38 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • réduire le taux de mortalité néonatale (dans les 28 jours suivant la naissance) de 26 à 19 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Partenaires multilatéraux et mondiaux

Le Canada, par l'entremise de sa programmation dans le cadre de l'Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE), collabore avec des pays-partenaires, des organisations de la société civile canadienne et des partenaires multilatéraux et mondiaux dans le but d'améliorer les soins de santé destinés aux mères et aux enfants à l'échelle mondiale.

Dans le cadre de l'Initiative de Muskoka, le Canada et ses partenaires multilatéraux et mondiaux réalisent des projets et des initiatives qui visent à renforcer les systèmes de santé dans les collectivités, à réduire le fardeau des maladies et à améliorer la nutrition. Les efforts du Canada sont dirigés à 80 % vers l'Afrique subsaharienne, où les besoins pour l'aide canadienne et mondiale sont les plus élevés.

Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme — Le Fonds mondial est un mécanisme de financement international qui soutient les programmes à grande échelle menés par les pays bénéficiaires dans les pays en développement pour la prévention et le traitement du sida, de la tuberculose et du paludisme. On estime que depuis sa création en 2002, le Fonds mondial a permis de sauver 7,7 millions de vies, notamment par la prestation de traitements à 3,2 millions de personnes atteintes du VIH et à 8,2 millions de personnes atteintes de tuberculose, et grâce à la distribution de 190 millions de moustiquaires de lit afin de prévenir le paludisme.

En 2010, le Canada a augmenté son soutien au Fonds mondial, le faisant passer de 450 millions de dollars en 2011 à 540 millions de dollars en 2013, pour continuer d'aider le Fonds à sauver des vies. Des 90 millions de dollars supplémentaires, 46 % (41,4 millions de dollars) permettra d'atteindre les objectifs de l'Initiative de Muskoka.

Initiative pour les micronutriments — Cette initiative canadienne fournit des vitamines et des minéraux essentiels aux femmes et aux enfants à l'échelle mondiale. Grâce à la contribution du Canada, l'Initiative pour les micronutriments s'emploie à mettre en place les mesures suivantes :

  • fournir de la vitamine A à 8 millions d'enfants chaque année dans les pays de l'Afrique subsaharienne, dans le but de sauver la vie de 150 000 enfants d'ici 2015;
  • distribuer des suppléments de fer et d'acide folique à 3,8 millions de femmes enceintes, afin d'éviter l'anémie à 500 000 de ces femmes au terme du programme;
  • fournir chaque année un traitement de la malnutrition sévère aiguë à 200 000 enfants dans les collectivités d'ici 2015;
  • mener des interventions intégrées en matière de santé et de nutrition qui permettront de prévenir environ 17 000 décès chez les mères et les nouveau-nés.

Par l'entremise de l'Initiative de Muskoka, le Canada s'est engagé à verser 75 millions de dollars pour la période 2011-2015 pour appuyer les efforts liés à l'Initiative pour les micronutriments. Ces fonds s'ajoutent à la contribution de 150 millions de dollars de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) au cours de la période 2009-2014 au titre d'un financement continu pour la santé.

GAVI Alliance — L'Alliance travaille à distribuer de nouveaux vaccins et des vaccins sous-utilisés. Grâce aux contributions du Canada et d'autres donateurs, elle travaille à prendre les mesures suivantes :

  • immuniser 250 millions d'enfants, prévenant ainsi 4 millions de décès;
  • augmenter la lutte contre les deux plus grands tueurs d'enfants, la pneumonie et la diarrhée, en accélérant l'introduction des vaccins nécessaires (vaccins contre le pneumocoque et le rotavirus);
  • limiter les épidémies de méningite mortelle par l'introduction d'un nouveau vaccin contre la méningite A dans les pays de l'Afrique subsaharienne touchés par cette épidémie.

Le Canada s'est engagé à fournir 65 millions de dollars en nouveaux fonds de 2011 à 2016. De ce montant, 50 millions de dollars proviennent des fonds dans le cadre de l'Initiative de Muskoka et le reste provient du financement continu de l'ACDI pour la santé.

Initiative H4 pour la santé des mères et des nouveau-nés — Cette initiative est un mécanisme de collaboration mis en place par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Banque mondiale afin d'améliorer l'appui coordonné aux programmes nationaux de santé maternelle et néonatale. En plus de son travail avec les membres de l'Initiative H4 dans les pays ciblés, le gouvernement du Canada verse des fonds à l'Initiative H4 pour soutenir le travail des organismes membres dans le but d'augmenter les soins de santé de qualité. Les projets permettront de réaliser l'évaluation des besoins pour déterminer les problèmes qui freinent l'amélioration de la santé maternelle et néonatale dans les pays en développement et de formuler des propositions de solutions pour surmonter les obstacles.

L'initiative vise, en collaboration avec les gouvernements des pays en développement, à soutenir l'élaboration de plans nationaux, chiffrés et axés sur le rendement, en matière de santé génésique, maternelle, néonatale et infantile. Elle a comme objectif de répondre au besoin urgent en personnel de santé qualifié et de supprimer les obstacles financiers qui freinent l'accès aux soins de santé pour les personnes les plus pauvres. Dans le cadre de cette initiative, on s'attaquera aux causes profondes de la mortalité et de la morbidité maternelles, et on renforcera le suivi et l'évaluation des systèmes, en vue d'informer les pays et les donateurs au sujet des mesures qui fonctionnent et pour évaluer les effets de leurs efforts coordonnés.

Grâce au soutien de l'ACDI, l'Initiative H4 est actuellement mise en oeuvre au Burkina Faso, en République démocratique du Congo, en Sierra Leone, en Zambie et au Zimbabwe.

La contribution du Canada à l'Initiative H4 s'élèvera à 50 millions de dollars de 2011 à 2016.

Initiative visant à éliminer la faim et la dénutrition chez les enfants (REACH) — L'investissement du Canada aide à réduire la faim et la sous-nutrition en ciblant la période de 1 000 jours (allant de la conception à l'âge de deux ans) au terme de laquelle les effets de la sous-nutrition sont en grande partie irréversibles. L'initiative REACH, qui s'inscrit dans le mouvement mondial pour le renforcement de la nutrition, vise à mettre à profit la capacité gouvernementale et nationale afin de rehausser concrètement les interventions en matière de nutrition, d'améliorer la santé et de réduire le taux de mortalité des femmes et des enfants les plus défavorisés. Cette initiative oeuvre dans de multiples secteurs pour lier entre elles les mesures en matière de sous-nutrition des enfants, de sécurité alimentaire et de soins de santé. Grâce au soutien du Canada, la prestation des services de nutrition de base sera augmentée de manière substantielle au Bangladesh, au Ghana, au Mali, au Mozambique, au Népal, au Rwanda, en Tanzanie et en Ouganda au cours des trois prochaines années, afin d'atteindre les objectifs suivants :

  • éviter quelque 2 millions de cas d'anémie et de complications connexes chez les femmes enceintes;
  • prévenir environ 225 000 décès causés par la malnutrition aiguë;
  • réduire à long terme les cas de retard de croissance d'environ 2 à 3,5 millions d'enfants de moins de 3 ans.

L'initiative REACH est une équipe interinstitutionnelle des Nations Unies qui a été établie conjointement par le Programme alimentaire mondial (PAM), l'UNICEF, l'OMS et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (ONUAA).

La contribution du Canada dans la cadre de l'Initiative de Muskoka s'élève à 15 millions de dollars pour la période 2011-2014.

Mouvement pour le renforcement de la nutrition (Scaling Up Nutrition) — Le Canada figure parmi les principaux donateurs du mouvement pour le renforcement de la nutrition. Ce mouvement encourage les pays à agir pour augmenter leurs investissements directs en matière de nutrition et travailler avec tous les secteurs concernés pour mieux intégrer les efforts afin d'apporter du soutien nutritionnel aux enfants et aux mères qui en ont le plus besoin. Le mouvement aide les gouvernements nationaux à mettre en place des politiques et des programmes qui associent la nutrition à de multiples secteurs, y compris l'agriculture, la santé et la protection sociale, en vue de réduire la vulnérabilité nutritionnelle.