Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Table ronde ministérielle sur l’Initiative de Muskoka - Rapport sommaire

Les 1er et 2 novembre 2010, à Ottawa (Ontario)

Introduction

La ministre Oda a ouvert la table ronde en remerciant les participants de leur soutien et de leurs conseils. Elle a enchaîné en mentionnant que l'initiative prioritaire mise de l'avant par le Canada lors du Sommet du G8 au sujet de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE) est un effort collectif. La ministre a indiqué que le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies (ONU) a souligné le rôle de premier plan du Canada dans l'Initiative de Muskoka, et s'est dit heureuse que le pays ait largement contribué à la Stratégie mondiale du Secrétaire général de l'ONU pour la santé de la femme et de l'enfant.

La ministre a fourni des détails sur la façon dont l'ACDI répartira sa contribution de 1,1 milliard de dollars à l'Initiative de Muskoka, en mettant en évidence ses trois domaines d'intervention, à savoir le renforcement des systèmes de santé, l'amélioration de la nutrition et la réduction du fardeau des maladies qui tuent les mères et les enfants. L'ACDI s'attachera entre autres à aider les pays partenaires à offrir des services de santé maternelle et infantile complets et intégrés aux mères, aux nouveau-nés et aux enfants au niveau local.

La ministre Oda a fait remarquer que le Canada tire de nombreux avantages du partenariat qu'il a établi avec des organisations et des spécialistes canadiens ainsi que de leur engagement actif, et qu'elle entend maintenir cette collaboration. Comme elle l'a expliqué, cette table ronde avait pour but de discuter de certaines questions épineuses liées à la prestation de services en ce qui concerne la SMNE, mais aussi d'examiner la façon dont les partenaires susmentionnés pourraient continuer de conseiller l'ACDI au cours des prochaines années.

Au cours de cette table ronde, il y a eu trois séances thématiques portant sur les domaines d'intervention prévus dans l'Initiative de Muskoka (le renforcement des systèmes de santé, l'amélioration de la nutrition et la réduction du fardeau des maladies). Il a aussi été question de la responsabilité mutuelle et des prochaines étapes.

1. Approches intégrées et globales du renforcement des systèmes de santé

Question 1 : Comment pouvons-nous travailler ensemble pour mieux aider nos pays partenaires à atteindre le résultat ultime d'une prestation de services soins de santé maternelle et infantile complets et intégrés dans les collectivités?

Question 2 : Quelles mesures concrètes le Canada devrait-il prendre pour accroître la coordination et l'harmonisation au niveau des pays partenaires?

Question 3 : Comment devons-nous opérationnaliser cette approche dans les pays, au niveau local?

Les participants ont souligné la nécessité de recourir à des stratégies et à des plans nationaux ainsi que de demander l'aide des collectivités pour trouver des solutions qui tiennent compte de leur culture afin d'assurer la durabilité des investissements du Canada. L'intégration des services de santé - tout comme la prise en considération des déterminants liés à la santé et des activités de promotion de la santé - a été qualifiée d'indispensable à la réussite des programmes, de paire avec la contribution fondamentale des travailleurs de la santé àa la prestation de ces services intégrés. Les participants reconnaissent que la majorité des décès maternels et infantiles surviennent dans la collectivité, mais le rôle précis que jouent les travailleurs de la santé communautaire dans la prestation de services dans le secteur de la SMNE diffère d'un pays à l'autre.

Il est essentiel d'avoir de meilleures données liées à la SMNE afin de renforcer les systèmes de santé, de même que de déterminer la meilleure façon d'utiliser les technologies émergentes afin de recueillir des renseignements sur des événements, comme la grossesse, la naissance et le décès. Voilà l'occasion de mettre à contribution le secteur privé, tant au Canada et que dans les pays partenaires. Les participants ont souligné les atouts exceptionnels des Canadiens dans le domaine de l'intégration des services de santé, mais précisé qu'il faut mieux exploiter les compétences qui existent.

2.Responsabilisation - Mesure des résultats et des répercussions

Question 1 : Comment mettrons-nous en évidence, dans cinq ans, les réalisations de l'Initiative de Muskoka?

Question 2 : Comment nous assurons-nous que les investissements dans le secteur de la SMNE donnent des résultats durables sur le terrain?

Question 3 : Quelles mesures, fondées sur les meilleures données scientifiques, devrions-nous utiliser comme référence commune?

Question 4 : Comment nous assurons-nous que les professionnels de la santé participent aux discussions, au niveau des pays partenaires?

Les participants ont convenu que la disponibilité de renseignements opportuns et exacts sur la santé des femmes, des nouveau-nés et des enfants constitue une première étape cruciale, soutenue par l'établissement de définitions, de cibles et d'indicateurs clairs. On souligne qu'il faudrait faire le suivi de divers extrants et indicateurs de rendement afin de mesurer l'efficacité et les répercussions des programmes de l'ACDI, d'autant plus que la réduction significative du taux de mortalité des mères, des nouveau-nés et des enfants représente un défi à plus long terme.

Les participants ont souligné la nécessité que tous les partenaires montrent leur sens d'imputabilité au moyen d'outils, comme des codes de conduite, des déclarations volontaires et l'établissement de normes. Cette obligation s'ajoute au suivi des engagements financiers.

3. Amélioration de la nutrition

Question : Comment le Canada peut-il mettre à profit sa solide tradition d'innovation et de soutien en matière de nutrition pour soutenir l'intégration des programmes de nutrition dans les systèmes de santé nationaux?

Les participants ont appuyé sans réserve les efforts d'intégration des programmes de nutrition dans les plateformes et les systèmes de prestation de soins de santé, exhortant l'ACDI à accorder une place importante à la nutrition dans toutes ses priorités. À titre d'exemple précis, les participants ont mentionné que les Journées de la santé des enfants sont une occasion d'intégrer les interventions et l'éducation en matière de nutrition et de santé dans la prestation des services de santé courants. Les participants ont aussi souligné l'importance de tenir compte des déterminants connexes de la nutrition maternelle et infantile, y compris ceux liés à l'égalité entre les hommes et les femmes, à l'eau et à l'assainissement, au VIH/sida et à la croissance économique.

Les participants ont insisté sur l'importance de veiller à ce que la nutrition fasse partie d'un ensemble commun d'interventions pour assurer la SMNE. En outre, ils ont suggéré que le Canada accorde la priorité aux indicateurs faciles à mesurer et à obtenir, comme le poids de naissance et le poids selon l'âge.

Enfin, on a recommandé que le Canada joue un rôle de premier plan dans le soutien des partenariats avec les pays en développement, dans l'élaboration de stratégies de nutrition multisectorielles et dans l'amélioration de l'intégration de la nutrition dans les plans, les priorités et les systèmes nationaux.

4. Réduction du fardeau des maladies

Question : Quelles mesures le Canada peut-il prendre pour promouvoir des approches verticales de réduction du fardeau des principales causes de mortalité, comme la pneumonie, la diarrhée et le paludisme, afin de mieux harmoniser les services de santé complets et intégrés, au niveau de la collectivité?

Les participants ont reconnu les avantages que procure l'alignement de la contribution du Canada dans l'ensemble des mécanismes (aide bilatérale et multilatérale et ONG) afin de soutenir des stratégies de soins de santé nationales, en insistant sur le fait qu'une approche axée sur les systèmes de santé en ce qui concerne les soins de santé, le traitement et la réduction des maladies nécessite des solutions multisectorielles au niveaux national et communautaire. Les participants ont insisté sur le fait que le système est souvent un frein à la prestation de services. Parfois, les obstacles sont d'ordre social, culturel ou politique. De plus, les participants ont souligné que les taux de morbidité et de mortalité doivent être pris en considération dans l'examen du fardeau des maladies.

Les participants ont aussi encouragé l'ACDI à aider ses gouvernements partenaires à mieux intégrer le travail associé à des approches de lutte contre des maladies précises dans les systèmes de santé nationaux, tout en se servant de son influence pour encourager l'intégration d'initiatives mondiales en santé au niveau du pays. Comme un participant l'a mentionné, le financement encourage l'intégration.

Les participants ont appuyé sans réserve un ensemble universel d'interventions pour donner aux travailleurs de première ligne les outils, l'équipement et les médicaments dont ils ont besoin. Ils privilégiaient une approche pratique qui répond aux besoins essentiels des mères et des enfants sans entraîner de surcharge pour les collectivités et les travailleurs de la santé locaux.

5. Prochaines étapes - La contribution du Canada à la SMNE

Question 1 : En votre qualité d'intervenants canadiens, quels engagements êtes-vous prêts à prendre pour aligner vos activités avec les plans nationaux en santé et éviter les systèmes parallèles?

Question 2 : Quelles pratiques permettent de renforcer les partenariats canadiens et internationaux à l'appui de la SMNE?

Les participants ont encouragé la création d'équipes de pays afin de structurer le travail et la collaboration future liés à la SMNE, notamment un exercice de mise en correspondance pour déterminer les engagements et les programmes actuels ainsi que la capacité de gestion de l'information des gouvernements nationaux. Les participants ont reconnu les avantages de contribuer à un plan collaboratif, dirigé par le pays lui-même, dont un groupe sera chargé d'assurer le suivi et l'évaluation.

Les participants ont bien accueilli la proposition d'établir une version canadienne du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant (PMNCH) afin de structurer la collaboration et la mise en commun de l'information futures entre les participants de la table ronde et l'ACDI. Dre Dorothy Shaw (porte-parole canadienne du PMNCH) et Mme Rosemary McCarney (Plan Canada) ont convenu de coordonner l'établissement de ce réseau. Les participants se sont encouragés mutuellement à utiliser leurs réseaux respectifs pour tirer parti de groupes s'occupant de SMNE et à susciter une plus grande participation des Canadiens, des députés et des sénateurs. De plus, on a demandé avec insistance que les membres de diverses organisations internationales mettent à profit leur affiliation pour faire en sorte que l'initiative relative à la SMNE poursuive sur sa lancée.

Résumé des commentaires et des recommandations clés

  • On a confirmé que, bien qu'il existe de nombreuses difficultés liées à la mise en oeuvre, le Canada cible des secteurs stratégiques.
  • On doit veiller à ce que les programmes tiennent compte des besoins des pays et des collectivités, en favorisant un leadership national et local ainsi que la participation communautaire.
  • L'intégration des services de santé - particulièrement dans la collectivité - est essentielle pour réduire de façon durable les taux de morbidité et de mortalité des mères, des nouveau-nés et des enfants.
  • Les travailleurs de la santé, dans toutes les sphères de ce secteur, joueront un rôle essentiel, d'où la nécessité de la formation, des stratégies pour leur maintien en poste et d'une meilleure intégration dans le système de santé.
  • Notre succès commun sera déterminé par les résultats obtenus sur le terrain, desquels nous devons rendre compte collectivement.
  • La collecte de données devrait être axée sur un ensemble commun d'indicateurs, et être intensifiée en fonction de la capacité du pays et de la collectivité à recueillir les données et à en faire le suivi.
  • La technologie nous permet de mieux mesurer nos progrès, sur le plan des répercussions et de l'efficacité, et de faire participer le secteur privé à nos activités.
  • La communication des connaissances et les besoins en apprentissage doivent être pris en considération dans la conception et la mise en oeuvre de nos programmes. La base d'informations qui sera établie grâce à cette initiative favorisera le succès des programmes à venir.
  • Les solutions permettant de réduire le fardeau des maladies et d'améliorer la nutrition doivent être multisectorielles et mieux intégrées dans les systèmes et les plans nationaux.
  • Le Canada doit tirer parti de son rôle de bailleur de fonds pour encourager l'intégration. Par l'entremise de leurs réseaux, les Canadiens sont aussi en mesure d'aider les gouvernements partenaires à offrir des services de santé intégrés. À l'échelle nationale, la création d'un PMNCH pourrait aider à augmenter le nombre de groupes se préoccupant de la SMNE.

Annexe A : Liste des participants Mme Gisela Becker, présidente, Association canadienne des sages-femmes

  • Dre Jennifer Brenner, Alberta Children's Hospital
  • Dre Flavia Bustreo, Organisation mondiale de la Santé
  • Dre Jean Chamberlain, Save the Mothers International
  • Dre Jan Christilaw, BC Women's Hospital and Health Centre
  • Mme Marie Adèle Davis, Société canadienne de pédiatrie
  • Mme Chris Dendys, Résultats Canada
  • M. Mark Fryars, L'Initiative pour les micronutriments
  • Mme Debbie Grisdale, Association des infirmières et infirmiers du Canada
  • Dre Lori Hanson, Université de la Saskatchewan
  • Dre JoAnn Harrold, Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario
  • Dre Jody Heymann, Institut de recherche sur les politiques sociales et de santé de McGill
  • Dr André Lalonde, Société des obstétriciens et gynécologues du Canada
  • Dr John LeBlanc, Université Dalhousie/Centre de soins de santé IWK
  • Dre Kellie Leitch, Hospital for Sick Children (SickKids)
  • Mme Bridget Lynch, Confédération internationale des sages-femmes
  • Dre Heather MacDonnell, Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario
  • Mme Rosemary McCarney, Plan International Canada
  • M. Kevin McCort, CARE Canada
  • Mme Kimberly Moran, UNICEF Canada
  • Dr Vic Neufeld, Coalition canadienne pour la recherche en santé mondiale
  • Dr Reg Sauve, Université de Calgary
  • Mme Claudia Schauer, Aide à l'enfance Canada
  • Dre Dorothy Shaw, PMNCH/Université de la Colombie-Britannique
  • Dre Anne Snowdon, Université de Windsor
  • Mme Elly Vandenberg, Vision mondiale Canada
  • Dr Peter von Dadelszen, BC Women's Hospital and Health Centre
  • Dr Mark Walker, Institut de recherche en santé d'Ottawa
  • Dr Robin Walker, Centre de soins de santé IWK (Halifax)
  • Dr Alvin Zipursky, Hospital for Sick Children (SickKids)

Agence canadienne de développement international

  • L'honorable Beverley J. Oda, ministre de la Coopération internationale
  • Mme Jessica Oliver, conseillère en politiques, cabinet de la ministre
  • Mme Margaret Biggs, présidente