Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Nutrition

Améliorer et sauver des vies grâce à la nutrition

Près d'un enfant sur deux n'ayant pas atteint l'âge de cinq ans dans les pays en développement n'avait pas consommé assez d'aliments nutritifs et de vitamines et minéraux essentiels, comme la vitamine A et le zinc, qui lui aurait permis de lutter contre les maladies. Parmi les enfants qui survivent à la malnutrition, des millions souffrent de déficiences mentales et physiques permanentes. De plus, chez les femmes enceintes souffrant de malnutrition, les risques de complications et de décès sont plus élevés, et leurs bébés ne sont pas épargnés. Au-delà de cette tragédie humaine, il y a des considérations économiques. Les chercheurs sont d'avis que ces décès et ces déficiences nuisent à la vitalité économique des pays touchés en provoquant une perte de productivité d'au moins 8 %.

Des études ont prouvé que les enfants bien nourris, surtout pendant la grossesse et jusqu'à l'âge de deux ans, la « fenêtre d'opportunité de 1 000 jours », dont font souvent mention les experts, ont moins de chance de mourir ou d'être incommodés par des maladies comme la diarrhée, le paludisme, la pneumonie, la rougeole et le VIH/sida. En outre, ils ont plus de chances de rester à l'école, de contribuer aux besoins de leur famille et de réaliser leur plein potentiel.

Dans le cadre du Consensus de Copenhague 2012 (en anglais), des experts de partout dans le monde ont reconnu les résultats formidables que l'on peut obtenir en investissant dans l'acheminement de nutriments aux personnes sous-alimentées. Ils ont estimé que chaque dollar investi en nutrition rapporte en moyenne 30 $ en ce qui concerne le rendement au développement. Appuyer la nutrition à l'échelle mondiale permettra aux enfants de vivre plus longtemps, de jouir d'une meilleure santé et de contribuer au développement de leur pays.

Le Canada, chef de file en nutrition

© ACDI-CIDA/Dilip Mehta

En tant que l'un des plus importants donateurs aux programmes de nutrition de base à l'échelle mondiale, le Canada a porté la question de la dénutrition sur la scène internationale, et appuie des programmes de nutrition essentiels qui permettent de réduire la mortalité chez les enfants.

L'un des objectifs de la Stratégie sur la sécurité alimentaire est de rendre plus disponibles et accessibles des aliments nutritifs de qualité et des compléments alimentaires dans les pays en développement. Une meilleure nutrition pour les femmes et les enfants est également l'une des priorités essentielles de l'Initiative de Muskoka sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, lancée en 2010 et ayant pour but de sauver la vie des femmes et des enfants dans les pays en développement.

Les investissements canadiens en matière de nutrition réduisent la pauvreté dans le monde, atténuent le fardeau des maladies et de la mortalité liées à la malnutrition, et optimisent les ressources afin de produire des résultats concrets et durables.

Le Canada :

  • est un donateur fondateur de l'Initiative pour les micronutriments, et
    • le plus important donateur mondial aux programmes d'apport de vitamine A depuis 1998, lesquels ont grandement contribué à réduire sensiblement la mortalité chez les enfants au cours des 15 dernières années;
    • un important donateur au titre de l'effort mondial visant à ioder le sel afin de prévenir les carences en iode, la principale cause des déficiences mentales évitables.
  • appuie l'UNICEF et Helen Keller International (en anglais) pour ce qui est de fournir des services essentiels de santé et de nutrition qui sauvent la vie des enfants de moins de cinq ans en Afrique, dans le cadre des Journées de la santé des enfants (en anglais).
  • joue un rôle actif dans le Mouvement pour le renforcement de la nutrition (SUN), lancé en 2010. Ce mouvement rassemble des gouvernements, les Nations Unies, le secteur privé, des organisations de la société civile et des partenaires du développement pour lutter contre la malnutrition. Il prône la mise en œuvre d'interventions en matière de nutrition fondées sur des données probantes, dont des efforts pour améliorer l'accès à la vitamine A, au fer, au zinc et à d'autres nutriments essentiels. Le Mouvement SUN est également actif dans les pays pour améliorer la planification relative à la nutrition.
  • est un membre actif de la Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition, un engagement pris en 2012 par le G8. Dans ce cadre, il travaille de près avec des pays, particulièrement en Afrique, pour réformer les politiques agricoles et promouvoir les approches et les engagements adaptés aux pays touchant la croissance agricole. Par l'entremise de l'Alliance, le Canada appuie aussi la programmation visant à stimuler les investissements du secteur privé, à perfectionner les technologies agricoles, à réaliser des recherches menant à des innovations ainsi qu'à amener les petits exploitants agricoles, en particulier les femmes, à produire des récoltes nutritives et diversifiées.
  • appuie depuis de nombreuses années le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale et HarvestPlus (en anglais) et soutient leurs efforts pour biofortifier les aliments, soit développer des cultures de base comme le blé, le riz et le manioc plus riches en micronutriments essentiels comme le fer, le zinc et la vitamine A.
  • est un partenaire de longue date du Programme alimentaire mondial (PAM) et de la Banque canadienne de grains (en anglais), et travaille avec ces deux organisations pour améliorer la nutrition et la sécurité alimentaire dans les pays en développement.
  • est le principal donateur de REACH (en anglais), un partenariat entre l'UNICEF, le Programme alimentaire mondial, l'Organisation mondiale de la Santé et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Ce partenariat a été créé pour aider les gouvernements des pays en développement à renforcer leurs programmes nationaux de nutrition et à intégrer la nutrition aux autres efforts de développement.
  • dirige, avec d'autres donateurs, des travaux visant à faire le suivi des dons en matière de nutrition et à garantir une transparence accrue.
  • collabore avec les gouvernements nationaux et d'autres donateurs pour améliorer la coordination et l'harmonisation des efforts visant à renforcer la nutrition. Le Canada joue un rôle actif au sein du Mouvement SUN en matière d'élaboration de politiques au Bangladesh, en Éthiopie, au Ghana, au Malawi, au Mali et au Mozambique.

Priorités du Canada en nutrition

En tant que fervent partisan du Mouvement SUN pour le renforcement de la nutrition, le Canada a trois priorités au chapitre de la nutrition dans les pays en développement :

  1. Prévenir et traiter la malnutrition
    Le Canada aide les pays à faire la promotion de bonnes pratiques en nutrition, p. ex. l'allaitement, et à distribuer des vitamines et minéraux essentiels comme la vitamine A, le zinc, le fer et l'acide folique. Voici quelques exemples des initiatives appuyées par le Canada :
  2. Intégrer la nutrition aux autres efforts de développement
    Dans ses programmes axés sur les pays en développement, le Canada intègre la nutrition dans les volets touchant l'agriculture, l'alimentation en milieu scolaire et la santé. Les programmes appuient la diversification des cultures, ainsi que la biofortification pour améliorer le contenu des aliments en vitamines et minéraux. Voici quelques exemples des initiatives appuyées par le Canada :
  3. Aider les pays à mettre au point des plans et des programmes nationaux judicieux pour améliorer la nutrition
    Le Canada aide les gouvernements des pays en développement à travailler de concert avec les donateurs, les organisations de la société civile et les autres partenaires clés. Voici l'une des initiatives appuyées par le Canada :

Réalisations récentes dans la lutte contre la malnutrition

Les efforts déployés par le Canada contribuent à réduire la pauvreté, la maladie et le taux de mortalité.

  • En 2011, grâce au soutien du Canada et d'autres donateurs, le PAM a distribué 3,6 millions de tonnes métriques de nourriture et de produits à valeur nutritive améliorée à 99,1 millions de personnes dans 75 pays.
  • Le Canada a contribué à nourrir près de 23 millions d'enfants en 2011, dont près de la moitié sont des filles.
  • En 2012 seulement, l'appui du Canada à l'Initiative pour les micronutriments a contribué :
    • à distribuer des suppléments de vitamine A à quelque 200 millions d'enfants;
    • à fournir du sel iodé à quelque 300 millions de personnes;
    • à distribuer des comprimés de zinc et des solutions de réhydratation orale à plus de 5 millions d'enfants afin de traiter les maladies diarrhéiques.
  • Grâce au soutien du Canada, le nombre d'enfants ayant reçu deux doses de suppléments de vitamine A chaque année a passé de 16 % en 1999 à 86 % en 2010, ce qui a contribué à une réduction importante de la mortalité infantile dans le monde. Le nombre de décès d'enfants est passé de 12,4 millions en 1990 à 7,6 millions par année.
  • L'appui du Canada à l'iodation du sel (une mesure essentielle pour le développement des enfants) a permis d'améliorer la couverture globale des personnes qui ont accès au sel iodé; elle est passée de moins de 20 % en 1990 à plus de 70 % aujourd'hui.
  • En Éthiopie, les journées consacrées à la santé communautaire, organisées dans 100 districts avec l'appui du Canada, ont permis de fournir des suppléments de vitamine A à 1,5 million d'enfants de moins de cinq ans et des comprimés vermifuges à un million d'enfants âgés de deux à six ans.
  • Au Ghana, le soutien du Canada a permis au PAM de distribuer des aliments à près de 328 000 personnes souffrant de malnutrition et de fournir des compléments alimentaires à 67 000 enfants et à 101 500 femmes enceintes ou allaitantes.
  • Au Malawi, le soutien du Canada a permis d'augmenter la couverture du programme communautaire de soins thérapeutiques, de 42 % à 84 %, et de fournir 184 tonnes métriques d'aliments thérapeutiques prêts-à-servir (comme des tartinades à base de cacahuètes) pour le traitement de la malnutrition aigüe chez les enfants, ce qui représente 33 % de l'exigence nationale.
  • Grâce à l'appui du Canada et en collaboration avec les autorités du Nigéria, HarvestPlus (en anglais) a lancé trois variétés de manioc, un légume-racine, enrichies de vitamine A et a commencé à distribuer des semences et des tiges provenant de récoltes biofortifiées au Nigéria, au Rwanda et en Zambie.
  • Avec l'aide du Canada, la Banque canadienne de grains (en anglais) a fourni une aide alimentaire, des programmes de nutrition et de l'assistance agricole à 2,2 millions de personnes dans 36 pays en 2011-2012.

Faire échec à la malnutrition est un effort à long terme essentiel pour atteindre certains des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d'ici 2015 : réduire la faim (OMD 1), réduire la mortalité infantile (OMD 4), améliorer la santé maternelle (OMD 5), et combattre le VIH/sida, le paludisme et autres maladies mortelles (OMD 6).