Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Discours d'ouverture de l'honorable Beverley J. Oda à la réunion des ministres du Développement du G-8 à Halifax

  • Format FLV, 46,7 Mo, 5 m 33 s

Transcription

Bonjour et bienvenue à tous. Laissez-moi tout d'abord remercier la garde d'honneur de la GRC de son accueil, et monsieur Emmitt Peters, aîné de la nation Mi'kmaq, de nous avoir invités à prendre part à une cérémonie du foin d'odeur, une tradition des Premières Nations du Canada. Je vous souhaite également la bienvenue à Halifax, une belle ville de la côte Est du Canada.

L'année 2010 est un jalon important pour les relations internationales du Canada en raison de la tenue des Jeux olympiques en Colombie-Britannique, du Sommet du G8 à Muskoka et du prochain Sommet du G20, qui aura lieu à Toronto plus tard ce printemps. Ce matin, nous sommes réunis ici en ce lieu historique du Quai 21, où plus d'un million et demi d'immigrants, de personnes déplacées et de réfugiés, qui, devant un avenir incertain, ont foulé le sol du Canada pour la première fois et ont été accueillis chaleureusement par la nation des Mi'kmaq.

Et dans leur quête pour s'établir dans les provinces maritimes ou ailleurs au Canada, ces personnes rêvaient d'un avenir meilleur pour elles-mêmes et pour leur famille. Elles étaient nombreuses à fuir les conflits, la pauvreté et la faim. Certaines cherchaient refuge contre les violations des droits de la personne et des libertés fondamentales dont elles avaient été victimes. Et nombre de ces personnes qui sont passées par ces salles et ces corridors étaient des femmes responsables des soins de leurs enfants. Au fil des décennies et des générations, malgré les difficultés, ces personnes et leurs descendances ont prospéré et bâti le Canada que nous connaissons aujourd'hui.

Le Canada, en sa qualité de président du G8 de cette année, reconnaît qu'il est en position, avec les autres nations du G8, de prendre des mesures pour aider des millions de personnes autour du monde qui, aujourd'hui encore, font face à un avenir incertain, à la faim perpétuelle, aux décès prématurés, et au manque de nécessités de base pour survivre, surtout les femmes.

Comme la cérémonie du foin d'odeur l'indique, un événement important est sur le point de se produire. Nos travaux aideront à préparer le terrain pour le Sommet des dirigeants du G8, en juin prochain à Muskoka. Cette réunion constitue une autre étape importante vers le Sommet sur les Objectifs de développement du millénaire, qui aura lieu en septembre prochain. Au Sommet du G8 de cette année, le Canada a choisi de se faire le défenseur de la santé des mères et des enfants. Nous savons que nous disposons des moyens et des outils pour changer la vie de millions de mères, de nouveau-nés et de jeunes enfants dans les pays en développement, améliorer la santé, réduire la prévalence des maladies évitables chez les mères et les enfants de moins de cinq ans et ainsi réduire les taux de mortalité. Il existe des interventions éprouvées et elles sont efficaces et rentables. Notre rôle est maintenant d'accroître l'efficacité de ces interventions et de maximiser la valeur de l'aide fournie.

Nous devons concentrer de plus grands efforts là où les progrès se font attendre, particulièrement en Afrique subsaharienne et en Asie du sud. L'an dernier, au Sommet de L'Aquila, en tant que G8, nous avons reconnu l'importance de la sécurité alimentaire pour répondre à un autre enjeu que doivent surmonter les pays en développement. Rassemblés à Halifax, nous aurons l'occasion de faire avancer nos travaux à cet égard. Les initiatives du G8 sur lesquelles nous travaillons collectivement font appel à des approches intégrées, fondées sur les faits et sur des engagements durables, et qui sont mues par une volonté politique. J'estime qu'au moyen de notre empressement et de notre engagement communs, nous pouvons faire en sorte que nos efforts de développement changent le cours des choses de manière durable dans la vie de nombreuses personnes.

Pendant les deux prochains jours, vous entendrez des présentations par des experts du domaine de la santé des mères et des enfants ainsi que de la sécurité alimentaire.

Ces interventions aideront à éclairer nos discussions sur ces enjeux. Afin d'atteindre nos objectifs de développement du millénaire communs, nous devrions nous efforcer sans relâche de rendre notre aide plus efficace et d'atteindre les meilleurs résultats possible.

En terminant, je vous demande de vous joindre à moi pour le travail qui nous attend afin d'atteindre un consensus à l'égard d'une initiative du G8 pour sauver la vie de millions de mères et d'enfants de moins de cinq ans, de continuer nos travaux en vue de relever le défi de la sécurité alimentaire et d'oeuvrer de manière efficace, durable et responsable.

Je vous remercie.