Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Discours de clôture de la ministre Oda prononcé à la réunion des ministres du Développement du G-8 à Halifax

  • Format FLV, 80,2 Mo - 8 m 34 s

Transcription

J'ajouterai que grâce à la présence de mes collègues mais aussi d'éminents spécialistes internationaux et des Nations Unies, les discussions ont été intenses et très productives. Comme vous le savez, nous avons abordé les importants enjeux qui nous attendent tous dans ce monde confronté à de nombreux défis. Mais nous sommes déterminés à travailler ensemble et de façon coordonnée, afin d'atteindre nos objectifs et de changer réellement la vie des populations dans les pays en développement.

En janvier, devant le peu de progrès réalisé pour réduire la mortalité chez les mères et les enfants et améliorer leur santé, le premier ministre Stephen Harper a annoncé que le Canada ferait de la santé des mères et des enfants et de la réduction de leur taux de mortalité la priorité au Sommet des dirigeants du G-8 prévu en juin. À la rencontre, nous avons discuté de la façon dont nous pouvons, dans un effort concerté, faire en sorte que la portée des interventions exemplaires et efficaces en termes de coûts soit élargie afin de venir en aide à un plus grand nombre de mères et d'enfants. Il faut donc prendre de nouveaux engagements et les respecter.

Mais cela n'est qu'une partie de l'histoire. Nous avons convenu d'un ensemble de principes qui guideront notre action et la portée de notre action afin de favoriser une certaine marge de manœuvre dans chaque pays et permettre aux délégués de conseiller leurs dirigeants sur la façon de concevoir leur programme d'initiatives et d'appuyer ainsi l'engagement du Canada à l'égard des mères et des enfants. Cette action appelle une approche intégrée et harmonisée qui réunira tous les donateurs et renforcera ainsi les systèmes locaux, ainsi que la capacité des donateurs ou des pays partenaires de fournir les services voulus.

L'honorable Oumar Ibrahima Touré, ministre de la Santé du Mali, s'est joint à nous pour brosser un tableau des réalisations et des problèmes liés à la mortalité chez les mères et les enfants dans son pays. Il nous a donné des raisons d'être optimistes et a indiqué que les nombreuses améliorations à la santé des mères et des enfants au Mali étaient attribuables à l'engagement pris par son gouvernement. Nous avons convenu que nos activités doivent inclure la nutrition, de même que la prévention des maladies, et s'inscrire dans le continuum de soins, de la période précédant la grossesse, à l'accouchement et à la petite enfance.

La rencontre a également permis de faire avancer d'autres priorités du G-8 en matière de développement, dont la sécurité alimentaire. Nous avons souligné les gains réalisés par les pays du G-8 et d'autres partenaires depuis la rencontre à L'Aquila en Italie l'an dernier. Le travail qui a été fait est extraordinaire et nous avons discuté aujourd'hui de la façon dont nous pouvons continuer d'accorder la priorité à cet enjeu important qu'est la sécurité alimentaire. Nous sommes tous résolus à maintenir l'élan imprimé et à reconnaître que la nutrition fait partie intégrante de la sécurité alimentaire et qu'elle est un facteur essentiel à l'amélioration de la santé des mères et des enfants.

Le premier ministre Harper a souvent parlé de l'importance de la reddition de comptes et de l'efficacité de l'aide. À cette fin, nous avons promis de mieux rendre compte du financement des donateurs et de tenir compte d'indicateurs clés pour pouvoir évaluer notre travail et mesurer les résultats. Enfin, les délégués ont fait valoir l'importance des Objectifs du Millénaire pour le développement comme cadre accepté mondialement pour assurer le suivi des progrès et favoriser une responsabilité mutuelle. Nous avons convenu qu'une initiative du G-8 visant à améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des jeunes enfants permettrait non seulement d'atteindre deux Objectifs du Millénaire pour le développement, mais aussi d'influer sur d'autres objectifs et sur les progrès à l'égard de ces objectifs.

Nous avons aussi souligné l'importance d'accorder une attention aux femmes et aux filles et d'intégrer cet enjeu au plus grand nombre d'OMD possible. Il faudra également nous attarder plus particulièrement à l'Afrique subsaharienne et à l'Asie du Sud. Nous avons fait valoir deux questions prioritaires. Nous devons intensifier les programmes sur les OMD, surtout les OMD 4 et 5, mais aussi sur d'autres objectifs pour lesquels les progrès sont inégaux. La réduction de la pauvreté est notre résultat ultime.

Les pays du G-8 ont la capacité d'appuyer les efforts que font les pays en développement pour soutenir l'objectif et les principales interventions du Canada et pour améliorer la santé des mères et des enfants. Nous savons que nous avons des outils efficaces en termes de coûts à notre disposition. Nous savons lesquels peuvent donner des résultats immédiats et nous entendons y recourir tout en respectant les principes sur lesquels nous nous sommes entendus.

Aujourd'hui, les pays du G-8 travaillent dans un esprit de solidarité et font preuve d'un réel engagement et d'une volonté sans équivoque pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. Il nous tarde de faire part à nos dirigeants des discussions que nous avons eues ici à Halifax au cours des deux derniers jours. Bien sûr, j'espère bientôt transmettre notre rapport au premier ministre du Canada et je vous invite à prendre connaissance du sommaire de nos discussions qui sera publié en ligne sous peu. Je ferai aussi part de nos conclusions au prochain Forum du partenariat pour l'Afrique qui aura lieu à Toronto cette semaine. On y discutera des principales questions de développement en Afrique, dont la santé des mères et des enfants.

Pour terminer, permettez-moi de remercier à nouveau mes collègues pour leur collaboration, leur précieuse contribution, pour leur savoir et, avant tout, pour l'esprit de solidarité dont ils ont fait preuve à l'égard des initiatives mises de l'avant par le Canada à Muskoka pour améliorer la santé et la vie des mères et des enfants et pour réduire les taux de mortalité et de morbidité. Je suis très heureuse de constater qu'il existe un engagement à l'égard d'une réelle responsabilisation et une volonté d'évaluer notre rendement et de favoriser l'obtention des résultats que nous souhaitons tous. Je vous remercie de votre attention.