Gouvernement du Canada

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada

www.international.gc.ca

Promouvoir la santé des adolescents au Bangladesh : comment le soutien par les pairs a contribué à reporter la grossesse d’une jeune fille

Shilpi. © Plan Bangladesh
Shilpi a été mariée à 15 ans contre son gré. Heureusement, son mari Rashid a accepté de repousser la grossesse, malgré les pressions exercées par sa famille.

Shilpi n'avait que 15 ans quand elle s'est mariée à Rashid, en 2008. Les habitants du Nord du Bangladesh ont coutume de marier leurs filles à un jeune âge et cela demeure la norme de nos jours pour de nombreuses familles de ce pays.

Après son mariage, Shilpi s'est jointe à Bakul Kishori, un groupe qui a pour but de rendre les adolescentes autonomes en leur fournissant les outils nécessaires pour qu'elles puissent modifier graduellement leurs pratiques culturelles, particulièrement les pratiques relatives au mariage et à la grossesse précoces. Les activités du groupe comprennent des discussions sur les meilleurs moyens de changer les comportements liés à la santé génésique, des services individualisés de counselling, du soutien entre pairs ainsi qu'un apprentissage des aptitudes à la vie quotidienne pour aider les adolescentes à éviter de se marier à un âge précoce. En hindi, « Bakul » désigne une variété de fleurs tandis que le terme « kishori » signifie « adolescente ». Bakul Kishori fait partie d'un regroupement de plus de 10 000 associations que soutiennent Plan Bangladesh et sept autres organisations locales de développement dans le cadre du projet du Canada intitulé Santé génésique des adolescents. Ce projet vise aussi à élargir l'accès à des services de santé de qualité pour les adolescents. C'est lors d'une de ces séances que Shilpi a compris les effets potentiellement néfastes du mariage et de la grossesse précoces.

Malgré le fait que la mortalité maternelle a diminué de près de 40 % au Bangladesh depuis 2001, les taux demeurent élevés puisqu'on a dénombré 194 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes en 2010 (comparé à 322 décès en 2001). Les jeunes filles qui tombent enceintes risquent de souffrir de complications sérieuses, dont de graves hémorragies et des fistules — une blessure interne douloureuse causée par un accouchement compliqué, et qui entraîne habituellement une morbidité maternelle dégradante et, par conséquent, l'exclusion sociale.

Après avoir pris connaissance de ces dangers, Shilpi a invité son mari Rashid à en parler à un conseiller. Rashid a alors accepté de reporter la grossesse de cinq ans, malgré les pressions de ses parents et de ses voisins, qui voulaient qu'il ait un enfant. Shilpi et Rashid ont ensuite rencontré une professionnelle des soins de santé qui leur a présenté les diverses options de planification familiale à leur disposition.

Cependant, la belle-mère et les voisins de Shilpi ont continué à faire pression sur le couple. C'est ainsi que les pratiques culturelles et les traditions profondément enracinées ont causé un profond désaccord entre les nouveaux mariés et les membres de leur famille élargie, qui les ont insultés et critiqués. Incapables de convaincre leurs proches des dangers associés à une grossesse précoce, Shilpi et son mari sont retournés voir le conseiller et, grâce à l'aide d'un parent formé pour parler à d'autres parents au sujet des problèmes propres aux adolescents, la belle-mère et les voisins ont fini par comprendre que la grossesse précoce peut nuire à la mère et à l'enfant.

Aujourd'hui, les habitants du village ont cessé de faire pression sur Shilpi et Rashid; leurs familles et leurs voisins les appuient et ils s'opposent maintenant au mariage et aux grossesses précoces.

Ce projet s'inscrit dans le cadre du thème prioritaire du Canada en développement international qui vise à assurer l'avenir des enfants et des jeunes et à améliorer la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. En date du mois de mars 2011, plus de 20 000 adolescentes (de 10 à 19 ans) ont bénéficié du projet.